Pages Menu
Categories Menu

Posted on 20 Août 2014 in Point culture : le saviez-vous? | 0 comments

Liberté d’expression, économie et répartition des revenus

Changements en Birmanie, des avancées controversées : la presse semble liée aux militaires, censure au programme.

Mercredi c’est Birmanie : liaisons dangereuses entre presse, pouvoir et militaires

Depuis 2011, la junte n’est officiellement plus au pouvoir, et le gouvernement est (tout aussi officiellement) civil. Depuis trois ans, cela a mené à une amélioration notable de l’image médiatique du pays à travers le monde. Pourtant, à y regarder de plus près, la situation n’a pas changé aussi radicalement qu’il y parait.

De nombreuses industries sont encore aux mains d’industriels proches du gouvernement (les « cronies ») qui en empochent très largement les bénéfices.

C’est le cas notamment de l’industrie touristique, comme en témoigne par exemple le billet « Impressions birmanes » de l’Association des Journalistes du Tourisme .

Le domaine de la presse, enjeu économique et démocratique majeur est également concerné. Courrier International nous propose donc quelques éléments pour mieux comprendre les ressorts de ces liaisons dangereuses entre presse et pouvoir en Birmanie : Des patrons de presse très liés aux militaires.

 

RFI a publié un court reportage sur le sujet hier.
Kamayut TV, une jeune chaîne de télévision voit ses journalistes aux prises avec des menaces venant des extrémistes bouddhistes, alors que ces professionnels des médias se sont exprimés sur le sujet sensible des violences contre les musulmans.
Ils déplorent le fait qu’ils ne peuvent pas encore réaliser de réels reportages d’investigation sans se mettre en danger, sans compter que le gouvernement tend à intervenir : la censure n’a pas encore disparu.
Repéré par

Envie de réagir ?