Pages Menu
Categories Menu

Posted on 5 Sep 2014 in Point culture : le saviez-vous? | 0 comments

Découverte mystique d’une cloche mythique en Birmanie !

Une cloche mythique retrouvée… avec l’aide des esprits !

Une équipe de plongeurs birmans affirme avoir fait la découverte de la mythique cloche Dhammazedi, disparue depuis quatre siècles, au fond du fleuve Rangoon.

Dhammazedi fut le 16ème souverain du royaume d’Hanthawaddy, en Basse-Birmanie, qui régna de 1471 à sa mort, en 1492. Il est considéré comme le souverain le plus éclairé de l’histoire de la Birmanie, et selon certains récits, comme « le plus grand » des rois d’Hanthawaddy. En 1484, le roi fit fondre une immense cloche dont il fit cadeau à la pagode Shwedagon de Dagon (aujourd’hui Rangoon). Si l’on en croit les textes de l’époque, ce fut la plus grande cloche jamais fondue. Composée de bronze, d’or, d’argent, de cuivre et d’étain, elle atteignait un poids de 294 tonnes, soit l’équivalent d’un Boeing 777 au décollage !

Proposition : Les premiers contacts des  marchands et découvreurs européens avec la Basse-Birmanie datent du XVIème siècle. Filipe de Brito e Nicote, un mercenaire portugais connu sous le nom de Nga Zinka par les birmans, y arriva en 1590. Neuf ans plus tard, il y revint avec une force armée d’Arakan pour piller Syriam (aujourd’hui Thanlyin) et Pegu (aujourd’hui Bago) et, une fois établi gouverneur, il étendit son pouvoir jusqu’à Dagon. Il finit par déclarer son indépendance vis-à-vis du roi d’Arakan et rattacher son territoire aux Indes Portugaises.

En 1608, De Brito et ses hommes s’emparèrent de la cloche Dhammazedi, dans la pagode de Shwedagon, afin de la fondre pour fabriquer des canons et armer des navires. Descendue de la colline, ils la placèrent sur un radeau remorqué par des éléphants puis par le navire de Brito, pour être transporté à Syriam. Mais au confluent des rivières Bago et Rangoon, le radeau se brisa et la cloche coula dans la rivière, entraînant, par son poids, le bateau avec elle.

Syriam fut reprise par les Birmans en 1613 et Brito exécuté. Et la cloche quant à elle, ne fut jamais retrouvée… jusqu’à ce jour, semble-t-il !

 

On comprend pourquoi ce trésor perdu suscite tant de passions

recherches-cloche-dhammazediDepuis 1987, nombre d’expéditions, tant locales qu’internationales, ont ainsi tenté de la localiser, mais sans succès. Le plongeur professionnel James Blunt a ainsi effectué 115 plongées dans le but de la retrouver, et en 2000, une équipe internationale menée par Mike Hatcher, un scientifique britannique, a été chargée par le gouvernement de retrouver la fameuse cloche. Ce projet fut contesté dans son organisation par des militants pro-démocratie et en fin de compte avorté.

En Juillet 2010 cependant, l’explorateur et documentariste australien Damien Lay parvint à trouver des traces de l’épave et de la cloche grâce à un radar. Apparemment, si cet endroit n’a pas encore été révélé, il est bien loin de celui attendu. En effet, d’après Lay, les mythes et légendes véhiculés autour de la localisation de la cloche ne reposent pas sur des faits avérés et sont au contraire le produit d’une interprétation historique subjective et donc contestable. Impossible par contre de ramener la cloche sur la terre ferme.

L’annonce de cette découverte, de plus par une équipe aux méthodes fort peu conventionnelles, a eu de quoi surprendre : « Après avoir demandé l’autorisation de toutes les personnes nobles et des saints, nous déclarons que nous avons trouvé la cloche Dhammazedi« , a ainsi indiqué dans un communiqué le responsable des recherches, San Lin, sans toutefois apporter la preuve de ses affirmations. Ce communiqué a suscité un certain scepticisme parmi les historiens birmans, d’autant qu’il ne s’agit pas de la première intervention des nats (esprits) dans ce domaine : ceux-ci sont en effet réputés être, dans les croyances populaires, les gardiens de certains trésors pillés de la pagode Shwedagon. Certains locaux affirment même avoir vu la cloche à la surface du fleuve lors de nuits de pleine lune…
Article pêché par

Envie de réagir ?