Pages Menu
Categories Menu

Posted on 8 Déc 2015 in Nos actus, Voyager en Birmanie aujourd'hui | 0 comments

Bilan birman, élections et voyage responsable : 2 mois après

Un premier bilan du voyage 2 mois et demi après l’arrivée en Birmanie !
Retour sur les élections un mois après le jour J, vues depuis Yangon.

Et réponses aux questions que certains d’entre vous se posent…

 

Vous êtes donc encore vivantes ?

Oui !

On a été très prises par le projet, et le temps limité à deux a été consacré au projet, au voyage et aux rencontres, ce qui représente déjà beaucoup de temps, mine de rien !
Déjà plus de deux mois que la Birmanie nous a accueillies avec chaleur, ce pays que nous nommons désormais plus souvent Myanmar (un terme plus inclusif pour toute la population que le terme de Birmanie, qui fait référence à l’ethnie majoritaire Bamar).

 

On a le droit d’en savoir un peu plus sur vos impressions ?

ananda-temple-bagan-photo-birmanieL’accueil a été mémorable. A Bagan, on a par exemple passé au moins autant de temps à discuter
dans les tea shops avec nos nouveaux amis qu’au milieu des temples… Nous étions bien loin de l’overdose de pagodes !

Mais il n’y a pas que les pagodes, même si on en a fait notre emblème.
Parmi les surprises birmanes que nous notre arrivée nous a réservé, la musique a tenu une part non négligeable !
Moins de 48h après notre arrivée à Yangon, Alice avait déjà chanté Volare et des tubes d’Abba en chœur avec le vénérable sexagénaire du Moe Coffee Shop dans le centre-ville, et enregistré une session live acoustique improvisée d’un Birman qui reprenait sur le pas de sa porte des classiques rock chanté en… yaourt birman ! (sans les paroles et avec force lalala)

Au début, on a cru à un coup de chance, mais après quelques jours, il a fallu se rendre à l’évidence : tout le monde chante, au travail, dans la rue, chez soi… En tous cas, bien plus souvent qu’en France !

Alors on a commencé à guetter ces petits moments mélodieux du
quotidien. Que se soit la jeune serveuse qui presse de l’ail sur la terrasse, le réceptionniste de l’hôtel qui démarre un bœuf au coin de la rue, les enfants sur le chemin de l’école… tout chantonne autour de nous, ajoutant encore à l’émerveillement du voyage.


aventure-moto-shan-birmanie

 

Vous pouvez d’ores et déjà nous suivre sur les routes avec ces photos en ligne, mais le gros d’entre elles, le guide de bonnes pratiques et le carnet de voyage attendront le retour et le traitement de cette fantastique collection d’informations et de témoignages que nous avons rapportée !

 

Comment ça se passe sur le terrain ?

Ici, il est extrêmement facile d’aborder les gens et de faire des rencontres.portrait photo de Stalfy, jeune birmane de Loikaw, dans l'état Kayah

Autant vous dire que la réalité a dépassé nos espérances : il a été bien plus simple d’interviewer les gens ou de les filmer que nous le pensions, par exemple. On a donc beaucoup d’interviews.
Vraiment.
Plein.

…Il y a un monteur dans la salle ?

Si certaines personnes ont refusé de répondre à des questions sur la politique ou les élections (du 8 novembre), nous n’avons jamais eu le moindre problème de surveillance, de police secrète intrusive ou de gens trop effrayés pour parler de tourisme responsable et de culture birmane devant la caméra…

Même si, à n’en pas douter, la situation est encore loin de la liberté absolue. Pour preuve, un ami journaliste est parti dans l’état Kachin il y a peu, et a reçu peu après la visite de la SB, « special branch », après avoir interviewé plusieurs personnes… qui se sont fait elles aussi interroger.

Mais il paraît que le projet, c’est le tourisme responsable, pas la politique responsable ?

Certes, la politique n’était pas notre sujet principal, mais difficile de faire l’impasse sur les premières élections quasi-démocratiques du pays depuis 53 ans il y a tout pile un mois…

militante-nld-democratie-suu-kyi

Et surtout impossible de manquer les campagnes électorales des partis, qui prenaient la forme de camions aux couleurs des partis, remplis de militants en liesse et surtout exsudant une musique bien au-dessus du niveau acceptable pour que personne ne finisse sourd avant la fin de l’année.
Mais qu’importe ?

Le 1er novembre, Laura a assisté au dernier meeting pré-électoral d’Aung San Suu Kyi, prèssuu-kyi-elections-myanmar-democracy de 100 000 personnes à la pagode Thuwanna, au nord est de Yangon, et elle a pu la voir de près… Peu de sécurité, pas de débordement et surtout une grande émotion collective, même si elle n’a pu comprendre un mot de son discours.

 

Et une semaine plus tard, les électeurs ont parlé : la victoire du parti d’Aung San Suu Kyi, la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND) a été unanime, et pleine d’émotion.

elections-nld-democracy-nld

Rebelote, donc, au quartier général de la LND, où les résultats ont été annoncés, township après township, sur écran géant devant une foule de yangonites en liesse, toujours prête à danser et reprendre en chœur la chanson du parti, qu’on ne résiste pas à vous faire découvrir (attention, c’est vaguement addictif).

Ce jour-là, beaucoup d’émotion partagée, une atmosphère bon enfant, entraînante et un moment historique malgré toutes les malversations du vote…
De plus, le nouveau gouvernement ne sera formé que fin janvier 2016, et jusque là, ce sont 3 mois de flou politique et de collaboration avec l’ancien gouvernement et le Président Thein Sein… qui peut encore accepter des projets de loi jusqu’au 31 janvier.
A noter, 25% des sièges sont toujours réservés aux militaires, même si le Parlement sera renforcé de 400 députés LND, et la Constitution stipule que l’armée peut toujours outrepasser la décision du gouvernement, en cas d’urgence. Constitution qui ne pourra être amendée sans l’accord des militaires.
Vous aviez dit démocratie ?
Honnêtement, nul ne sait vraiment ce qui peut et va se passer, mais vu d’ici, les spéculations vont bon train, autant chez les expats que du côté des Birmans.

 

Quand vous dites malversations du processus électoral, c’est-à-dire ?

Ah, justement, excellente question !
Il paraît que les médias internationaux, à fortiori français ont surtout mis en avant le bon déroulement de la journée du 8 novembre et de la campagne électorale…

 

A Yangon, on a pu interviewer des observateurs internationaux venus d’Australie pour les élections. Parmi leur petite équipe, ils n’ont remarqué aucune malversation grave. Il n’empêche que ces élections « démocratiques » attendues depuis 50 ans n’ont pas été entièrement justes et équitables

Les semaines précédant les élections a été le théâtre de diverses affaires peu encourageantes, et souvent passées sous silence.

irrégularités-elections-myanmar-démocratie-droits

Cet homme, bouche obstruée de scotch, protestait le 6 novembre devant la pagode Sule.

Contre les électeurs fantômes, le nombre effarant de non votants – membres d’ordres religieux, habitants des zones de conflit, Rohingyas, prisonniers politiques, des millions d’électeurs non inscrits sur les listes… Quelques minutes après la photo, le manifestant a été embarqué par 4 hommes.

(photo Chris Nettekoven)

On rappelle aussi qu’un politicien de la LND a été attaqué à la machette, que les arrestations sont allées bon train avant le jour J.
Des amis journalistes qui avaient rendez-vous avec un activiste ont finalement fait l’entretien… en prison.
Quant au vote en lui-même, les reproches sont variés.

Il y a eu ces électeurs non inscrits sur les listes qui se sont présentés pour voter, les votes anticipés qui sont arrivés en petites piles bien nettes (impossible donc qu’ils aient été glissés dans l’urne) et/ou après la deadline, les achats de vote contre des semences auprès des paysans, les intimidations, l’accueil favorable aux non votants LND qui pouvaient voter sans faire la queue, la désinformation des Birmans qui ne savaient pas qu’ils votaient pour 3 sièges ou qu’ils devaient signer dans le registre après le vote, les coupures d’électricité pour retarder le processus et décourager les électeurs…
On continue ?

La liste de ces joyeusetés a aussi été détaillée par Info-Birmanie.

 

Et pour en revenir au tourisme responsable ?

Ça, ça fera l’objet d’un prochain article, avec des premiers conseils concrets !

 

Avant de vous quitter, on pense à nos 200 soutiens sur Ulule et à toute l’équipe de la Villa Marco Polo, c’est grâce à vous que nous avons pu concrétiser Birmanie Responsable !
Et si vous voulez un longyi birman ou une peinture traditionnelle, il n’est pas encore trop tard pour participer à la collecte, comme certains nous ont fait la demande, et c’est par là.

Encore merci à tous pour votre soutien, vos mails, messages, contacts, conseils pratiques et voyageurs depuis le début de l’aventure en 2013 !
En attendant le prochain bilan-roman-fleuve, bon vent hivernal à tous !

Et pour rester au diapason avec vous, sachez que dans l’état Shan, on écrit les articles au coin du feu…

 

Alice &

Envie de réagir ?