Pages Menu
TwitterFacebook
Categories Menu

Posted on 30 Juil 2014 in Point culture : le saviez-vous? | 0 comments

Aung San Suu Kyi, sur le chemin tortueux de la démocratie

La démocratie en Birmanie : le pays et Aung San Suu Kyi ont encore du chemin à parcourir.

Grâce à des signes d’ouverture prometteurs depuis 2011,  la Birmanie a su s’attirer la bienveillance d’une grande partie de l’opinion publique. Pour autant, les prochaines élections présidentielles, qui doivent se tenir fin 2015 demeurent un moment clé.
Elles s’apparentent à un « test » validant, sur la scène internationale, l’entrée du pays dans une véritable phase démocratique.

aung-san-suu-kyi

Cependant, le chemin est encore long pour Aung San Suu Kyi, la cheffe de la Ligue Nationale pour la Démocratie.

D’une part, malgré sa popularité, la leader de l’opposition birmane est aujourd’hui critiquée pour ses prises positions et ses (trop longs) silences, notamment à l’égard des Rohingyas ou encore des expropriations forcées dont la population est victime.

D’autre part, un obstacle institutionnel se dresse entre la Dame et la présidence : en effet, la junte militaire avait  modifié le code électoral pour interdire à tout Birman d’accéder à la présidence s’il était, ou avait été, marié à un étranger. Une disposition spécialement établie pour éviter un retour d’Aung San Suu Kyi qui a épousé Michael Aris, un anglais spécialiste des cultures tibétaines et aujourd’hui décédé.

A l’heure actuelle, Aung San Suu Kyi affute donc ses armes. L’objectif premier : obtenir un amendement constitutionnel sur cette disposition afin d’être éligible. Au regard de la majorité requise pour obtenir un amendement à la Constitution (75%), la tâche s’avère ardue.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur TV5Monde avec leur publication du 29 juillet : « Birmanie : Aung San Suu Kyi dans l’impasse « .

Bonne lecture, et à la semaine prochaine !
Rédigé par

Envie de réagir ?